[18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Dates des compétitions XC : Transvésubienne, Challenge Handibike, Trophée Oxcitane,...

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par Tchou » 21 Mai 2013, 10:00

Voila message édité

L'environnement, ça sert à rien.
Avatar de l’utilisateur
Tchou
20p
 
Message(s) : 810
Inscription : 24 Mai 2010, 13:40
Localisation : Béziers
VTT: Alpine Renault

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par okcbo » 21 Mai 2013, 10:16

Ben fallait pas...
En tous cas, chapeau d'avoir fini ce truc de dingue :pitie:

J'ai toujours pardonné à ceux qui m'ont offensé. Mais j'ai la liste.
Sempé - 1963
Avatar de l’utilisateur
okcbo
24p
 
Message(s) : 1956
Inscription : 14 Avr 2013, 18:02
Localisation : Saint Brès (34)
VTT: Focus SAM2roues

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par Jujuride30/34 » 21 Mai 2013, 15:17

Salut à tous! Je n'ai malheureusement pas croiser les participants du forum (maillots VTT34) ou bien les visages familiers, lors de ce we assez exceptionnel, ou pas reconnu sous une tonne de bouillasse! En tout cas, jencourage bcp de personnes à se lancer dans une aventure pareille lors d'une prochaine édition! Vous ne le regretterez pas! Pour ma première, je vais garder quelques images en memoire pendant un petit bout de temps... Encore bravo à tous! Vivement l'année prochaine! Julien
Jujuride30/34
12p
 
Message(s) : 38
Inscription : 20 Nov 2012, 13:29
Localisation : Montpellier
VTT: Spé Stumpjumper

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par bartas » 21 Mai 2013, 20:06

Ola,

c'est combien le pourcentage de finishers sur la TransV ? Il y a deux ans sur la MBrace il y a eu 1 finisher....
Avatar de l’utilisateur
bartas
20p
 
Message(s) : 987
Inscription : 06 Juil 2009, 14:02
Localisation : Coquillade
VTT: Specialized Epic

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par dashape » 21 Mai 2013, 23:47

bartas a écrit :Ola,

c'est combien le pourcentage de finishers sur la TransV ? Il y a deux ans sur la MBrace il y a eu 1 finisher....

Le pourcentage de Finishers sur la tv est d'environ 50%
cette annee c'était plus env 60% je crois

Sur la Mb race, il n'y a eu qu'un finisher...pour des raisons précises , il suffit de regarder les cr.
Sinon, le finisher de la Mb (frech je crois) n'a pour le moment pas réussi a gagner la tv

Pour moi, la difficulté technique de la mb est inférieure a la tv, ce qui ne veut pas dire que la course en elle meme est plus facile.

Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse.
Le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.

Nelson MANDELA.
Avatar de l’utilisateur
dashape
24p
 
Message(s) : 1091
Inscription : 13 Août 2009, 14:17
Localisation : Comté de MELGUEIL
VTT: YETI SB95C

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par bartas » 22 Mai 2013, 08:11

Merci Dashape, ça répond bien à mes interrogations!
Fred Fresh a bien était le seul en 2010 à terminer le parcours des 140 km de la MBrace... et je viens de vois qu'il fait 5 sur la TransV.
Avatar de l’utilisateur
bartas
20p
 
Message(s) : 987
Inscription : 06 Juil 2009, 14:02
Localisation : Coquillade
VTT: Specialized Epic

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par dashape » 22 Mai 2013, 10:21

bartas a écrit :Merci Dashape, ça répond bien à mes interrogations!
Fred Fresh a bien était le seul en 2010 à terminer le parcours des 140 km de la MBrace... et je viens de vois qu'il fait 5 sur la TransV.


Je viens de regarder les temps de parcours, qui confirment ce que je disais plus haut.
La TV c'est 6h30 pour le vainqueur pour 86Km, soit 13 Km/h
la MB,; c'est 8h en moyenne pour le vainqueur, pour 140 Km., soit 17.5Km/h...

Il y a donc une belle différence de vitesse de progression.

Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse.
Le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.

Nelson MANDELA.
Avatar de l’utilisateur
dashape
24p
 
Message(s) : 1091
Inscription : 13 Août 2009, 14:17
Localisation : Comté de MELGUEIL
VTT: YETI SB95C

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par dashape » 24 Mai 2013, 15:19

Allez, un petit CR pour cette TV un peu particulière.
Tout d'abord, bien que ce ne soit que ma 4ème, la transvé représente pour moi le passage obligé de la saison, cette épreuve qui vous fait quand même aller rouler lorsqu'en plein hiver, on préférerait regarder Drucker à la télé.

Le contexte cette année était assez particulier. Déçu d'avoir fait un mauvais temps l'année dernière, je peux avouer maintenant que je m'étais fixé cette année un chrono de 9h30. Ce temps correspond en fait juste à mon temps de 2011, en enlevant les arrêts intempestifs (merci le GPS).
A la Garoutade, malgré le faible entrainement, les sensations sont plutôt bonnes. par la suite, le boulot, la météo et la dispo perso ne m'ont pas permis de m'entrainer comme je le souhaitais.
Et puis, au moment où je pouvais un peu envoyer de la charge d'(entrainement, je me déchire connement aux adducteurs au rugby, et je rechute quelques temps plus tard en faisant des travaux à la maison.
Nous sommes 1 mois avant la TV, et au lieu de me régaler sur des belles sorties de préparation, je suis en arrêt devant le télé, en train de me glacer les coucou.... pour faire disparaitre l'hématome sur mon adducteur.
Il faut noter en passant que la glace a effectivement un effet antiinflammatoire sur les adducteurs, mais aussi sur tout ce qui les entoure !! :65siffle: :65siffle:

Bref, mon retour sur le vélo se fait au Funduro, et je me dis que si je ne peux pas faire le funduro à fond, cela ne sert à rien d'aller mourir en vesubie
Dès les premières épreuves du funduro, je dois me rendre à l'évidence: je ne suis pas guéri, il me faudrait 3 semaines de plus...mais la TV est dans 1 semaine. Je cache ma déception au milieu de la joie du Funduro, mais je suis un peu ailleurs...
Et puis, je parle à Claude, qui ravive la flamme, et qui me dit que de toute manière sur ce genre d'épreuves longues, l'entrainement ne sert qu'à aller plus vite, pas a finir...Pour un peu il me convaincrait que l'entrainement ne sert à rien !!

Je change donc de mode, de la recherche d'un bon temps, je me dis qu'une TV bouclée dans ces conditions dans les 10h30 serait déjà un exploit.
Je peaufine donc le vélo, inonde les pneus de préventif, envoie ma tige de selle en révision (normalement je le fais moi même, mais je ne veux courir le moindre risque). Et puis je dors tout ce que je peux. Je prépare aussi consciencieusement la trousse à outils pour l'assistance que val nous fait, merci à elle.
Je regarde la liste des partants, et me rends compte que je suis dans les performers eu égard à mes performances sur les éditions précédentes. Cela me flatte, mais bon, partir au milieu des avions dans la condition dans laquelle je suis...
Cela renforce néanmoins ma volonté de finir...une belle plaque comme celle là, cela se mérite !!

Nous voici le vendredi. Je choppe Anthony au vol dans le var, et nous voici partis pour La Colmiane. Je veux faire un petit détour par la madone, pour refaire le pierrier à vélo, tant je m'étais fait peur l'année dernière en le dévalant comme un con. Je l'avais descendu dans un style de cow boy de rodéo, avec traces au fond du slip et tout le toutim, pire que le Brec l'année d'avant sous le regard hilare de la Truffe Là, je veux me la faire à froid cette Madone, la caresser comme on se caresse dans un vieux couple, que le dimanche on puisse se faire notre petite affaire, simple, mais efficace...
Nous grimpons, la route est jonchée de rochers détachés de la montagne par les intempéries... Pas grave, mon appli Iphone m'indique qu'il devrait faire mauvais le samedi, mais plein beau dimanche. Bref, on reste confiants.
En arrivant la haut, c'est une atmosphère de fin du monde qui nous attend, la cime de la madone est dans les nuages, il grêle, le vent fouette. Nous manquons de tomber 4 ou 5 fois en 10 mètres...Nous décidons de rebrousser chemin.

Nous montons donc à la Colmiane et retrouvons Patrick et Christophe. Nous mangeons dans le restaurant d'un couple d'un age respectable, dont la femme semble avoir une petite affaire en cours avec l'ami Patrick...Cela fait 2 ans qu'ils se tournent autour... il va falloir conclure !! Nous prenons de la Pizza, Christophe de la Pollenta, pour des raisons finisho-diététiques, qui finalement auront payé :10mdr:
On se couche tôt....demain, il y a prologue !! :wouah:

Le samedi, de prologue il n'y eut. De toute manière, vu les conditions, ma stratégie était claire:un tour de parking pour ne pas prendre de pénalité...et retour au chaud.
On reçoit un petit mot d'encouragement de bilou...merci mec, ça fait toujours plaisir !

Nous organisons donc la descente des voitures sur Nice pour ne pas avoir à remonter à la Colmiane le lendemain.
Je passe un coup de fil, les nouvelles du briefing de G.EDWARDS font un peu peur: il nous conseille de mettre des morceaux de couvertures de survie dans les chaussures (ce que nous ferons), et que même cela lui aurait sauvé la vie un jour...fichtre, nous en sommes donc là ?? :wouah:
Le parcours ne peut être amputé sur le haut, car ce qui n'est pas sous 40 cm de neige fraiche est sous des coulées de neige...Bref, nous nous ferons la cime de la Colmiane, dans ces conditions, comme des grands.

Nous nous trompons de chemin à la remontée, et je ne verrai donc jamais le RCT devenir Champion d'Europe de rugby.
Bref, nous voilà le soir, face à 3 Kg de riz (nous sommes 5 à table, et 1 Kg de pâtes..au moins, nous ne mourrons pas de faim.
A 10h30, tout le monde au lit, demain, il y a rando !! :yehh:

Le dimanche, tout le monde est debout avant le son des réveils. Un petit regard dehors, c'est bien blanc, mai on voit quelques parcelles de ciel bleu.
Je décide de ma stratégie de course, un peu en balance dans une nuit passée à moitié éveillé.
En gros, je me dis que le mieux serait de monter au train, et d'essayer de tout passer sur le vélo, pour ne pas solliciter les adducteurs. J'ai même monté un braquet de 20x36 exprès pour pouvoir mouliner :17surprise:
Bref, on se met en grille, je me retrouve à côté de Patrick, et d'un extra terrestre (Pascal je crois) avec un tout rigide carbone monovitesse. Le vélo est magnifique, mais un peu irréel dans le contexte de la transvé. On papotte. Son approche du VTT n'est pas la mienne, mais elle est originale, et mérite de battre en brèche quelques idées reçues.

Le compte à rebours est lancé, et ......rien, pas le coup de feu habituel.....le chasseur est il dans la neige, ou a -il fait les frais des nouveaux engagements de l'organisation en faveur d'une pratique plus responsable ?
Bref, au lieu de me poser ces questions, je pédale, et...surprise, au lieu du départ version boucher habituel, c'est une sorte de grand 8 que l'on a cette année. Le sol est gelé, et il y a quelques chutes sans gravité, au milieu de toute cette nervosité. Je me met dans la roue d'un mec de l'US cagnes et d'un sociétaire de Levens, les roues des locaux sont toujours bonnes à prendre !! Je fais bien, au replat, au lieu de prendre la piste boueuse, ils prennent l'épingle goudronnée, ce qui permet non seulement de retrouver de la motricité, mais surtout de lisser l'effort en se dégageant de la meute.
Je n'ai aucune sensation au pédalage, le coeur ne monte pas....je continue, mais je me fais pas mal doubler. Je décide de ne pas accélérer, les sensations ont le temps pour venir...toute la journée !! Je suis même prêt à attendre Nice s'il le faut !!
En haut de la piste de ski, on se fait doubler par un missile sol sol. Christophe SAUSER essaie de reprendre le temps qu'il a perdu sur crevaison. A ce moment là, je me dis qu'il a presque perdu la course, car il va avoir du mal à se dégager du traffic dans le reste de la montée et vers andrion.
La montée est gadoueuse, le contournement merdique, au milieu des racines glissantes, qui me font craindre le pire.
Mais, dès que l'horizon se dégage, le spectacle en arrivant sur la crête de la Colmiane, valait à lui seul la peine de prendre le départ, le paysage est magnifique, et le filet de participants qui se dessine sur la neige mérite le détour. On a l'impression de participer à quelque chose d'un peu inhabituel. Nadine SAPIN me double à ce moment là. Je l'avais suivie pendant 2h il il a 2 ans...là clairement elle a franchi un cap
22460313.jpg

Au niveau de la cime, la gadoue a fait la place à de la neige gelée, c'est féérique d'entendre le crissement des pneus sur cette surface inhabituelle se mêler aux souffles des participants. Au comptage traditionnel en haut, je suis 183 ème.
Nous attaquons ensuite une partie dans la neige molle, où au final nous finissons par pousser. Nous progressons lentement, mais cela me permet de manger un peu, et surtout de sentir que finalement, j'ai sans doute la caisse pour aller au bout. Je retrouve Julien, des 1001 sentiers, avec qui nous échangeons quelques mots
Dans la descente vers le ravito d'ANDRION, je glisse et me rattrape sur ma "mauvaise" jambe, et là...rien :yehh: je jubile, en plus, jusque là, les parties de trotinette dues à la neige se passent du "bon" côté ...je me dis que je vais sans doute me la faire, même sur une jambe, même malgré ces conditions particulières. Je passe dans un état d'euphorie, que je tiens jusqu'au ravito d'ANDRION.
Là, malgré les sourires des bénévoles(chapeau à eux, pour le coup je préferrais nettement être sur le vélo sur ce coup là), le ravitaillement a des allures de camp serbe retranché, avec feu de palettes, whisky caché derrière les sièges....mais pas de vin chaud, pas étonnant que la Truffe ne veuille plus revenir !!
Je repars dans la descente d'andrion, qui n'est qu'un immense Torrent. Gros avantage, les pneus sont propres, et l'eau nettoie tout. Le grip est donc plutôt bon. Devant moi, je vois quand même quelques figures improvisées, dont un triple OTB de 3 personnes, presque synchronisés !!Bref, tout va bien lorsque je perds moi aussi l'avant sur une racine. Je sors le pied pour me rattraper, et petite alerte, je ressent une douleur, bien atténuée par le froid ambiant. :sad:
Je repars, je passe plutôt bien ce passage vu les conditions, je me fais quand même avionner par quelques bolides.
J'applique une devise : "Une gamelle, un gel", je me restaure donc un peu, et repars vers le brec. L'approche est pourrie par la gadoue, et le début de la montée est jonchée de pierres. La montée se passe pourtant comme dans un rêve, elle semble de plus en plus courte au fil des années (sans doute l'érosion due aux passages ) :45taper:
Et puis on attaque la descente du brec d'Utelle, et sa première partie bien traitresse, surtout vu les conditions du jour.
La première partie passe bien. Nous sommes vers la 170eme place. Je suis dans un groupe de bons descendeurs, et nous progressons vite, mais au fil de la descente, les replongées après la traversée des DFCI sont traitres.
Un pisteur me dit "attention la flaque" et instantanément, je fais un OTB monstre sur une pierre cachée dans l'eau. Mon pied gauche declipse, mais pas le droit, et le poids du vélo m'écartèle littéralement l'adducteur déjà touché. Je m'étouffe de douleur, le traceur se rue vers moi et 3 de mes compères aussi alors que je me relève. L'un me sort "maintenant que tu n'as rien, on peut te donner la note artistique ??" Je ris de bon coeur, je n'aurais pas autant mal, je trouverais même cela très drôle. Je me dis que vraiment, cet esprit que j'adore, très proche de celui du rugby, on ne le retrouve que dans des épreuves un peu à part, où cela ne sert à rien de vouloir gratter ci et là...sur la durée, les meilleurs sont devant, et le méritent.
Je m'arrête avec le soigneur, et je me fous un sac d'eau froide sur l’adducteur pour éviter que celui-ci ne gonfle. Je sais que dans 20 min, nous arriverons à Utelle, et que Val va me trouver du strap pour éviter que la déchirure ne me bloque la cuisse à cause de l'hématome. Je tombe sur val, mais on ne trouve pas de strap. Je demande aux secouristes, qui n'en ont pas. Je me change, je mange, et anthony me rattrappe.

Nous commençons la remontée vers la madonne ensemble, alors que ma tige de selle donne quelques signes de faiblesse... pas grave, car cette année, j'en ai une de rechange...rigide, mais de rechange !!
La montée de la madone se passe bien, mais déjà je vois que j'ai perdu du temps, je ne suis plus entouré des mêmes ....
Le rythme de montée est assez faible, et je double pas mal de monde dans les portages en passant tout droit. Je discute un peu avec Hannah BARNES, et son joli vélo Rose...Elle est jolie Hannah avec son vélo rose !!
J'arrive en haut, et val me dit qu'elle n'a pas trouvé de strap. Nous parcourons le plateau de la Madone de long en large, mais sans rien trouver. Nous demandons aux secouristes, rien...Nous demandons à G.EDWARDS en personne, mais...rien.
Après 20 min je décide d'aller chercher un Kway dans la voiture, et de repartir.
La, je tombe sur du scotch de peintre, oublié dans le fond du coffre...tant pis, je me straperais avec ça !! :45taper:
Au moment où je repars, Patrick me rattrape. Je le suis dans un petit groupe un instant, mais le rythme est mauvais. Je leur crie que l'on s'endort, et que l'on est sur un faux rythme, et 3 min plus tard, je double tout le monde pour repartir à une allure où je vais bien plus vite, tout en faisant moins de fautes, n'étant plus obligé de suivre les figures imposées des autres.
Je prends pas mal de plaisir dans cette descente, par contre, je me rends compte dans le raidard que j'ai la jambe droite qui commence à bloquer sérieusement. J'alterne entre de bons moments, et de grosses sueurs froides lorsque j'ai besoin de prendre appui sur ma jambe.
J'arrive enfin aux terres grises, précédées d'un passage formé de gros blocs de cailloux. Là, ce n'est plus drôle du tout, et le terrain glissant me fait craindre le pire. Je me rattrape une fois, deux fois, la douleur est supportable, et d'un coup, je vois le gars qui me précède tomber d'un coup en bas des ruffes. Il ne se fait pas mal, mais je me dis que si cela m'arrive, je n'ai aucun moyen de me rattraper vu l'état de ma jambe.
Je finis donc la descente, arrive au pont de cros avec une heure d'avance sur la porte horaire, et la certitude que si je continue je suis finisher, mais celle également que j'ai une chance sur 2 de me faire une blessure grave à la jambe.

J'abandonne donc, avec un gros sentiment d'amertume.
Je sais que c'était la chose à faire, mais je vais vivre le calvaire de voir passer tous ces coureurs que j'envie. Ceux là vont aller au bout. Leurs regards déterminés, cet éclair qu'ils ont dans les yeux...j'ai envie de les pousser, de les aider.
J'ai envie de repartir...j'ai les boules, j'ai l'impression de déshonorer cette belle plaque de Performer avec laquelle j'ai pris le départ...bref, je suis submergé de sentiments aussi forts que contraires....c'est ça aussi la beauté du sport
Le pire, c'est que je ne suis même pas fatigué. J'aurais préferré être cuit, terrassé, vidé...Là, je suis juste désabusé.

J'essaie donc de passer mon énergie dans autre chose, pour ne pas trop tourner en rond. J'applaudis à tout rompre des gens que je ne connais pas, qui vont aller chercher cet insignifiant bout de sticker qui en ce jour représente le graal.
Je mets 10 fois plus d'énergie à soutenir ceux que je connais, je vois passer Tchou, Antho, Patrick, Chris. J'évaucue mon stress, toute cette énergie que je n'ai pas pu mettre sur le vélo.
Je passe de l'autre côté du miroir, et comprends pourquoi cette course est belle. Je discute avec les suiveurs, qui partagent cette passion par procuration, souvent sans la comprendre, parfois en l'admirant, principalement par amour de celui qui la fait. Je papotte avec le père de la petite Camille, 16 ans, qui finira dans les dernières, mais qui finira, avec le sourire à chaque fois que je l'aurais croisée. Il est fier, le papa, un peu apeuré, mais fier, d'autant qu'il a fait partie de l'équipe qui a dépierré la descente d'ANDRION, il sait donc comment ça se passe, là haut :42pompom:
Bon, Georges, c'est le bordel, ta course, un mec avec un vélo décath' finit 2ème, et des gamines arrivent au bout, c'est n'importe quoi !!! :10mdr:
Il ne nous reste plus qu’à aller sur Nice pour l'arrivée, accueillir comme il se doit Tchou, Patrick et Christophe. Nous ratons anthony de peu......bon, mec la prochaine fois, attends !! :51lol:

De retour à Montpellier, je contemple mon vélo, pourri par la boue, la jambe un peu dans le même état.....
tv 005.jpg
tv 004.jpg


MAis l'année prochaine, j'y serai !!!

Dernière édition par dashape le 06 Juin 2013, 00:25, édité 2 fois.

Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse.
Le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.

Nelson MANDELA.
Avatar de l’utilisateur
dashape
24p
 
Message(s) : 1091
Inscription : 13 Août 2009, 14:17
Localisation : Comté de MELGUEIL
VTT: YETI SB95C

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par Fraja34 » 24 Mai 2013, 15:57

Bravo pour tout, :12bravo: :12bravo: :12bravo:
Quel prose ! comme si on y était ! superbe CR
La sagesse aurait du de faire arrêter plutôt, mais bon quand on est dedans on ne désire pas s'arrêter, je comprend.....

Remet toi bien, et désolé pour ta doudou ..... à cause de la Glace ......... :51lol:

« Celui qui sait profiter du moment, c'est là l'homme avisé. »
de Johann Wolfgang von Goethe
Avatar de l’utilisateur
Fraja34
29p
 
Message(s) : 7268
Inscription : 02 Déc 2010, 18:09
VTT: Mach 12 MBF 2018

Re: [18/19 MAI 2013] TRANSVESUBIENNE

Message par Fred-dom » 24 Mai 2013, 17:12

un CR comme celui là, ne fait que me conforter dans l'idée que l'an prochain j'en suis !

Merci Dashape
Avatar de l’utilisateur
Fred-dom
26p
 
Message(s) : 2325
Inscription : 27 Jan 2010, 16:57
Localisation : Béziers
VTT: Shan;Altitude;Status

PrécédentSuivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)